Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 23:06
 

 

Samedi 3 octobre 2009 : Partage de butin
dans le cadre de « L’acte II » des Rencontres-i sur le thème « Partager », au théâtre L’Hexagone de Meylan :

  • 14 h : Conférence de Robert Damien (Professeur de philosophie morale et politique, Université de Paris X – Nanterre, auteur de nombreux ouvrages consacrés notamment à la tradition de philosophie sociale française de l’utopie, par exemple à Proudhon).

  • 15 h – 18 h : Ateliers philosophiques auxquels participent les membres volontaires de la SAP.

Entrée libre sur réservation : http://www.theatre-hexagone.eu/scene-nationale/index.php

 


Quelques explications sur cette manifestation en guise de "billet de rentrée du Président" : il s'agit d'une rencontre un peu spéciale, ou pour mieux dire bizarre dans le bon sens, ainsi que L’Hexagone de Meylan sait le faire avec inspiration. Dans le cadre des Rencontres Imaginaires, biennale art-sciences, on a vu s’installer dans l'agglomération grenobloise de nombreuses ruches, ce qui a permis de décliner à loisir le thème "essaimer" (acte I), par de nombreuses manifestations plus étonnantes les unes que les autres auxquelles les amateurs de philosophie de la Société alpine ont participé.

Cette journée philosophique du 3 octobre ouvre l'acte II consacré au thème "partager". La veille d'ailleurs, il y a un vrai partage de vrai miel collecté dans les ruches.

 

***

 

Voilà ce que j’ai écrit en juin pour le programme de L’Hexagone sur le thème du partage :

 


Le partage promet. On en espère quelque chose qui paraît très difficile à réaliser : l’expression conjuguée de l’enrichissement et de l’équité.

Cette attente tient peut-être à la structure même de tout partage. Car partager c’est instituer une communauté, c’est-à-dire davantage qu’une simple société.  Or, du point de vue matériel, le partage repose sur l’opération qui consiste à diviser un ensemble et à en distribuer les éléments constitutifs. Si le partage apparaît comme un acte tout à fait particulier, c’est que la division des choses permet de souder le groupe des hommes. Opération étrange par laquelle le fractionnement dans l’ordre des biens produit dans l’ordre humain le contraire d’une fragmentation, et même une forme éminente d’unité.

Mais, à son tour, une telle étrangeté semble devoir s’élucider si l’on considère le statut de ce que l’on partage. Pourquoi les choses sont-elles considérées comme des biens ? D’où provient la transformation de ce qui est en ce qui vaut ? Questions qui renvoient au cœur de l'économie. Les choses deviennent des biens pour autant qu’on les accepte collectivement comme les symboles de la richesse ; celle-ci est donc affaire de reconnaissance.

Par conséquent, ce qu’un partage laisse toujours espérer, c'est l’enrichissement d’une communauté par le biais d’une reconnaissance pleine et entière pour chacun de ses membres. Il y a des thématiques moins riches en utopie…



Je signe ce texte, car il me semble qu’il y a là une thématique très puissante et peu envisagée de nos jours, et…nous persistons : ce thème du partage va être l’occasion de notre premier séminaire de l’année, ce samedi 3 octobre à L’Hexagone de Meylan.

 

***

 

L'après midi du 3, Robert Damien interviendra sur le thème de la fraternité, qui se trouve au centre de la problématique du partage – Robert Damien, philosophe au ton original, spécialiste des questions de philosophie sociale, grand connaisseur de Proudhon et de la tradition socialiste française.

Après cette intervention, nous participerons avec tous ceux qui le veulent à des ateliers philosophiques, qui synthétisent les diverses expériences de l'acte I et qui sont destinés à approfondir la réflexion par le biais de sa pratique. Quatre thèmes de réflexion sont prévus pour ces ateliers, animés par des universitaires, des écrivains ou des artistes :


"le sauvage comme révélateur de notre condition",

"les abeilles modèles d'économie politique ?",

"territoire butiné, territoire possédé ?",

"essaimer ou mourir"…(le bizarre continue !).

 

Enfin, à 17 h 45, Robert Damien et moi proposerons une réflexion prospective sur ce qui s’est dit, afin, de nouveau, de "partager".

 

Comme on voit, tout cela est participatif, dans le meilleur sens du terme...et une fort belle manière de faire se rencontrer la nature, l'art, la philosophie et le public amateur d’expérience intellectuelle.


En espérant vous retrouver nombreux à cette occasion, j'ai le plaisir de déclarer ouverte cette saison 2009-2010 de la Société alpine de philosophie.

 

Thierry Ménissier

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Société alpine de philosophie
  • Le blog de Société alpine de philosophie
  • Contact

Recherche