Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 07:54

IMG.jpg 

 

 

Rencontres philosophiques d’Uriage,

Deuxième édition

vendredi 14 – dimanche 16 octobre 2011

 

 

La justice : aux sources du juste

 

 

 

Les Rencontres philosophiques d’Uriage interrogent la question de l’homme aujourd’hui, dans un équilibre recherché à la fois entre la pensée et l’action, le patrimoine et l’actualité, le réel et le possible.

 

Le thème choisi pour la deuxième édition est en adéquation aussi bien avec notre souci de l’homme qu’avec les tensions constitutives de notre réflexion ; ce thème, c'est celui de la justice. Et nous l’entendrons en fonction de la volonté philosophique de penser le juste.

 

En effet, le questionnement philosophique sur la justice est à la fois extrêmement ancien (explicite depuis le Code d’Hammourabi ? La rédaction du Lévitique de l’Ancien Testament ? La réforme par Solon des dèmes de l’Attique ?) et contemporain. Confrontée aux systèmes de justice et à la Justice entendue comme fonction sociale institutionnalisée, la philosophie s’interroge sur le juste, à savoir sur la valeur ou l’idée qui sous-tend et légitime la norme légale ou le jugement lors du procès. Cette interrogation se décline  selon des manières distinctes et susceptibles de faire l’objet de notre réflexion :

 

-Qu’est-ce que prendre philosophiquement la mesure de la fonction sociale et morale de la Justice ? Unique par son importance, celle-ci vise-t-elle simplement à pacifier les différends, ou tend-elle à instaurer un ordre harmonieux dans la société, en réconciliant ses contradictions ? Ou bien doit-on la considérer sous un aspect critique, à la manière marxiste, comme une « fonction de classe » ?

 

-Dans l’histoire des idées humaines – ou en regard de la distinction entre l’Occident et ce qui n’est pas lui – comment concevoir la proposition « moderne » d’une Justice débarrassée de la transcendance de la Loi divine, de l’autorité sacralisée ou du caractère insurpassable de la tradition ? Particulièrement, de quelle manière se représenter la relation entre la justice et la violence, chez nous et ailleurs ? Est-il pertinent à ce propos d’adopter l’angle de vue autrefois proposé par René Girard dans La violence et le sacré (selon lequel l’institution de la justice repose sur le sacrifice d’un « bouc émissaire » ? Que nous dit l’histoire de la Justice sur le juste ?

 

-La justice ne peut-elle être appréhendée en fonction de ce qu'on serait tenté de nommer ses « milieux », à savoir la cité, mais aussi la famille ou l’entreprise. Quelles formes de justice produisent spécifiquement ces deux milieux ? Doit-on concevoir une différenciation des « formes de justice », pour reprendre l'expression de Michael Walzer ?

 

-La figure du justicier, de quels ressorts psychologiques et moraux relève-t-elle ? Quelle est, dans l'époque contemporaine, la fonction sociale de cette thématique populaire ?

 

-Comment organiser la Justice, c’est-à-dire : quelles dispositions sont à même de rendre au mieux justice, entre application de la loi et esprit de la démocratie conforme aux droits de l’Homme ? Les récents débats dans l’actualité en France sur la garde à vue,  sur le rôle du juge d’instruction et sur le Jury populaire mettent en relief les difficultés de cette tâche.

 

-De quelles manières satisfaire, sur le plan de la justice sociale, les exigences démocratiques de répartition de ce que John Rawls nommait « les biens de base » ? Comment concevoir au mieux les ajustements nécessaires à la « société décente » appelée, à la suite de Rawls, par les théoriciens contemporains de la démocratie ? Comment concevoir de manière juste les relations hommes – femmes et plus généralement les relations des genres ? Comment ajuster enfin les revendications des minorités à la généralité de la loi ?

 

-Sur le plan des relations internationales, et à l’époque de la « globalisation », comment rendre efficiente l’idée cosmopolitique de justice que notre monde appelle, sans qu’il réussisse pour autant ni à la dessiner avec précision, ni à la mettre régulièrement en pratique ?

 

Parce qu'elles sont consacrées à ce thème, l’ambition des deuxièmes Rencontres philosophiques d’Uriage est de convier un large public à réfléchir ces questions, dans le but de produire une pensée utile pour notre temps. Les auteurs invités sont des philosophes de l’éthique, du droit et de la politique, des historiens et des historiens du droit, des praticiens de la Justice (magistrats, avocats, politiques) qui sont soucieux d'en réfléchir les conditions. A suivre...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

clovis simard 08/09/2011 17:32


Blog(fermaton.over-blog.com)Mathématiques de la conscience humaine.No-29,FINITUDE-(ÂGES DE NOTRE VIE).


Présentation

  • : Le blog de Société alpine de philosophie
  • Le blog de Société alpine de philosophie
  • Contact

Recherche