Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 22:48

 

_200RPU_AfficheA4Print_V2.jpg 

 

 

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine des 1ères Rencontres Philosophiques d'Uriage, du 17 au 19 septembre 2010.

Organisées en partenariat avec l'Office du Tourisme Thermal d'Uriage, à 15 minutes de Grenoble sur la route de Chamrousse, des tables rondes, des débats contradictoires, des ateliers et banquets philosophiques, et diverses activités vous attendront ici.

 

RENSEIGNEMENTS ET RESERVATIONS  : 04 76 89 10 27

 

Le thème de cette première édition :

Les promesses du futur 

 

L’an 2000 a longtemps nourri l’imaginaire du grand public. Que représentait-il ? Sans aucun doute, quoique confusément, le synonyme de l’avènement d’un monde meilleur. « Meilleur », mais dans quelles dimensions, et selon quelles modalités ? Nous voici en 2010 : il est tentant, dix ans après, d’interroger le passé que représentait cet avenir imaginaire…afin de nous réinventer un futur.

A vrai dire, cette tentation prend parfois la forme d’un impératif, notamment lorsque l’on considère la notion de progrès, qui jouait un rôle majeur dans notre attente de l’avenir. C’est à présent sa valeur pour aujourd’hui et demain qu’il faut examiner.

Cette notion de progrès combinait une définition de la marche de la connaissance (plutôt cumulative et linéaire) et une interprétation de sa fonction morale et sociale (la connaissance était perçue comme vectrice d’amélioration sur ces deux plans). Or, dans certains ordres de faits, l’attente des modernes a été plus que comblée : par exemple, pour les populations qui y ont accès, depuis cinquante ans l’amélioration des pratiques de soin médical, de même que l’incroyable explosion des technologies de l’information, satisfont amplement l’attente que l’on mettait dans le futur. Mais dans d’autres, le présent dément l’espoir d’un monde meilleur, ou du moins il semble que la déception soit possible. Point capital, l’innovation technique et scientifique a considérablement distancé – et pour tout dire elle semble à certains égards avoir laissé sur place – le progrès social. Les inégalités à l’intérieur des sociétés de type occidental persistent de manière incontestable, et que dire de celles qui concernent nos sociétés et les autres (qui paraissent s’être amplifiées) ?

Plus que jamais, nous oscillons donc entre enthousiasme (par exemple, scientifique et plus encore technologique) et incertitude (morale, politique, et même spirituelle). Il apparaît nécessaire de faire retour sur le sens qu’on donne aux choses dans tous les registres évoqués ; tel est pour nous le rôle de la réflexion philosophique, sans a priori d’école et ouverte au questionnement du public non spécialisé.

Aussi, ces premières rencontres philosophies d’Uriage nous permettront de questionner la pensée scientifique, la technologie, ainsi que l’économie et la philosophie morale, sociale et politique, en regard de cette attente vis-à-vis d’un avenir imaginaire qui a fini par devenir notre présent.

 

 

Sans craindre d’être trop large, la réflexion se déclinera en fonction des quatre axes suivants :

 

-Quel bilan peut-on faire de notre présent ? Quels sont les faits lourds qui déterminent désormais l’orientation de notre histoire proche et lointaine ? Par exemple, l’émancipation de la sphère économique vis-à-vis de toute autre ordre de valeurs (qu’elles soient religieuses, morales, politiques, philosophiques) semble constituer un fait majeur des cinquante dernières années, à tel point que l’on ne saurait aujourd’hui concevoir le développement de la science et de la technique sans les concevoir en rapport avec le marché. Dans ces conditions, quel présent nous prépare notre futur ? Plus précisément, quels développements technoscientifiques peut-on attendre pour demain ? Et quelles conséquences sur les mœurs et sur les rapports sociaux ?

-A quel moment le progrès scientifique et technique a-t-il rompu ses amarres avec le projet « utopique » d’un monde socialement meilleur ? Pour quelles raisons ? Et comment réaccorder maintenant innovation technoscientifique et progressisme social ? Par exemple, quelle épistémologie générale pourrait permette aux constructions de la raison de ne pas se trouver en porte-à-faux, entre les avancées techniques et scientifiques et une société en proie aux inégalités ? Comment réimaginer un avenir « meilleur » ? Pour le dire enfin avec un mot chargé de sens mais pas galvaudé ni éteint : quelle utopie pour l’après 2000 ?

-Comment concevoir la dimension politique dans un monde « globalisé » ou en voie de l’être sous l’effet de la mondialisation du capitalisme ? Ce processus, s’il n’a pas totalement rendu caduques les formes traditionnelles de l’action collective (telles que la discipline civique dans le cadre de l’Etat-Nation ou l’engagement syndical dans les lieux de travail conçu sur le mode industriel) les a amoindries, et il est en train de les contraindre à se modifier profondément. Or, la dimension politique a permis de faire espérer aux hommes modernes qu’ils pouvaient agir sur leur destin historique : la postmodernité verra-t-elle le retour d’une forme de fatalisme historique, un fatalisme d’ailleurs plutôt économique que théologique, puisque la volatilité des marchés semble avoir pris la place de l’humeur des dieux ?

-Comment poser la question de la spiritualité dans le monde contemporain ? Tandis que de nouvelles formes de religiosité sont apparues avec les modes de consommation typiques du capitalisme post-industriel, régulièrement resurgissent des modes de penser et de pratiquer le religieux traditionnels, sinon traditionnalistes. Y a-t-il dans le paysage actuel des raisons de penser que la spiritualité évolue réellement avec l’histoire ? Et dans quel sens se produit cette évolution ? Que nous dit sur ce point la comparaison avec le passé, et singulièrement avec les situations connues par le monde antique ?

 

Enfin, un Prix des Rencontres Philosophiques d’Uriage (décerné par les suffrages des adhérents de la Société alpine de philosophie) sera remis à la fin de l’événement, venant récompenser l’ouvrage récent (2008-2010) d’un des philosophes invités qui aura été le plus apprécié par les amateurs de philosophie pour la qualité de sa réflexion philosophique et en liaison avec le thème de l’édition 2010.

 

Programme

 

 

Vendredi 17 septembre

 

- 19h : Ouverture des Rencontres au Centre culturel Le Belvédère en présence de Monsieur André Vallini, Président du Conseil général et député de l’Isère, parrain de l’événement, et présentation par Thierry Ménissier, Président de la Société alpine de philosophie.

- 20h : Projection du film "Soleil vert" suivie d'un débat.

 

Samedi 18 septembre

 

- 9 h30 : Café d’accueil (La Richardière)

- 10h – 12h  Séminaire n°1 : « LES ENJEUX TECHNOLOGIQUES DU FUTUR : LA DISPARITION DE L’HUMAIN ? » avec Yves Michaud, Jean-Yves Goffi et Jean-Michel Besnier, animé par Thierry Ménissier

     (salle de La Richardière)

- 10h – 12h   Ateliers philosophiques pour enfants, animés par les étudiants de Philosophie de l’Université Pierre Mendès France – Grenoble 2,  (Le  Belvédère).

- 12h30 – 14h  Déjeuners philosophiques dans les restaurants d’Uriage

- 15h – 17h     Séminaire n°2 : « LA POLITIQUE DU PROGRES : VERS UNE NON-POLITIQUE ? », avec Myriam Revault d’Allonnes, Daniel Bougnoux, Denis Vernant, animé par Thierry Ménissier, salle de La Richardière.

- 15h – 17h              Ateliers philosophiques pour adolescents (PIAJ)

- 17h30 – 19h30              Activités variées : 

             - Jeu du cercle philosophique, "à la manière de", promenade aristotélicienne dans le Parc, etc.

§Petite randonnée historique : « L’esprit d’Uriage » : Claude Franza

§Séance de dédicace des ouvrages dans l’espace librairie (Belvédère)

§Présentation des ouvrages en lice pour le Prix des Rencontres Philosophiques.       

- 20h – 23h              Banquet philosophique autour des séminaires de la journée et en présence des philosophes qui y ont participé, animé par Thierry Ménissier.

 

Dimanche 19 septembre :

 

- 10h 30 – 12 h   Séminaire n°3 : « L’EVOLUTION DES RELATIONS D’AUTORITE » avec Paul Valadier, Robert Damien, Daniel Bougnoux, animé par Philippe Saltel

- 10h 30 – 12 h  Ateliers philosophiques pour enfants

- 12h 30 – 14h         Déjeuner philosophique champêtre

- 14h – 16h     Séminaire n°4 : « Quelle utopie pour demain ? », avec Etienne Klein, Jean-Claude Besson-Girard et Jean-Jacques Wunenburger animé par Anne Frémaux

-16h30 - 17h  : Remise du Prix des Rencontres 2010.

Clôture de l’édition.

 

 

 

 

Les philosophes des Rencontres d’Uriage 2010

  

 

 

Jean-Michel Besnier : professeur de philosophie morale et politique à l’Université de Paris – IV Sorbonne, notamment auteur de : L'irrationnel nous menace-t-il ?, Nantes, éditions Pleins Feux, 2006 ; La croisée des sciences, Questions d'un philosophe, Paris, Le Seuil, 2006 ; Demain, les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Paris, Hachette, 2009.

 

Jean-Claude Besson-Giard : théoricien de la décroissance, directeur de la revue Entropia, auteur de Decrescendo Cantabile. Petit manuel pour une décroissance harmonique, Editions Parangon/Vs, 2005.

 

Daniel Bougnoux : philosophe et médiologue, Université Stendhal – Grenoble 3 et Institut de la Communication et des Médias. Dernier ouvrage paru : La crise de la représentation, La Découverte, 2006.

 

Robert Damien : professeur de philosophie morale et politique à l’Université de Paris X – Nanterre, auteur de : Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours, genèse d'une matrice démocratique, Paris,  PUF, 2003 ; Etats d'urgence écologique : un nouvel objet politique, à paraître aux éditions Armand Colin, Novembre 2010.

 

Etienne Klein, physicien et épistémologue, CEA – LARSIM (Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière), Saclay. Derniers ouvrages parus : Les Secrets de la matière (2008) ; Galilée et les Indiens, Allons-nous liquider la science ? (2008) ; Pourquoi je suis devenu chercheur scientifique (Bayard, 2009).

 

 

Yves Michaud, philosophe, directeur de l’Université de Tous les Savoirs. Derniers ouvrages parus : Précis de recomposition politique : des incivismes à la française et de quelques manières d'y remédier, Paris, Climats, 2006 ; Qu'est-ce que le mérite? Bourin Éditeur, 2009.

 

Myriam Revault d’Allonnes, philosophe, Professeur à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), Paris. Derniers ouvrages parus : Le pouvoir des commencements. Essai sur l'autorité, Le Seuil, 2006 ; L'homme compassionnel, Le Seuil, 2008 ; Pourquoi nous n'aimons pas la démocratie, Le Seuil, 2010.

 

Paul Valadier, philosophe et jésuite, directeur de la revue Archives de philosophie, Centre Sèvres, Paris. Derniers ouvrages parus : Détresse du politique, force du religieux, Le Seuil, 2007. Maritain à contre-temps, Politique et valeur, Desclée de Brouwer, 2007 ; Du spirituel en politique, Bayard, 2008.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Omni Tech Support Review 30/09/2014 13:51

I am also very happy to hear the announcement of the 1st Meeting of Philosophical Uriage. This is an area that is worthy to be discussed. This is made into a real one with the assistance of the Tourist Uriage Thermal.

Présentation

  • : Le blog de Société alpine de philosophie
  • Le blog de Société alpine de philosophie
  • Contact

Recherche