Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 10:52

Pdl2013.jpg

 

En avant-première de l’édition 2013 du Printemps du Livre-Grenoble (et en partenariat avec lui), la Société alpine de philosophie organise un débat, le 30 janvier 2013 à 18h30 à la Bibliothèque du Centre Ville de Grenoble.

 

Le Printemps du livre de Grenoble est organisé par la Ville de GrenobleBibliothèques municipales, en partenariat avec les librairies de Grenoble, le Ministère de la culture, la Région Rhône-Alpes, le Conseil général de l’Isère, la Metro, le Rectorat (DAAC) et de nombreuses associations culturelles.

La ville de Grenoble accueille, dans le cadre de cette manifestation, quarante auteurs français et étrangers (romanciers, poètes, essayistes, auteurs de documentaires, illustrateurs, etc., pour adultes et pour la jeunesse) pour des rencontres avec les publics.


Cette 11e édition intitulée « Espèces d’espaces », aura lieu du 10 au 14 avril 2013. Le Printemps du livre de Grenoble s’intéressera aux lieux espaces, territoires, paysages, tels que les abordent la littérature et les essais : Lieux arpentés, lieux bien-aimés, monde clos des rêves ou de l’enfance… ou espaces hostiles, huis-clos, marges de l’exil, mais aussi horizons mythiques, paradis entrevus …


Le débat réunira Anne Dalmasso, Professeure d'histoire contemporaine, Université Pierre Mendès France, Grenoble 2, membre de l'équipe "Sociétés, Entreprises et Territoires" du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR CNRS 5190) et Thierry Vincent, psychiatre et psychanalyste à Grenoble. Il sera animé par Thierry Ménissier, philosophe et président de la Société alpine de philosophie.


Page académique du Pr. Anne Dalmasso : http://larhra.msh-alpes.fr/dalmasso-anne

Site du Dr. Th. Vincent : http://www.lechantdesfunambules.com/

 

Il s’agira, avec ce débat, d’interroger la problématique contemporaine de l'espace qui met en tension le local et l'intime (lesquels contribuent à construire l'identité personnelle) et l’actuelle ouverture perçue comme indéfinie voire infinie (donc vertigineuse). Le débat est l’occasion d'interroger les termes de cette tension, ses conditions et les enjeux qu'elle recouvre.


Sommes-nous, dans le contexte de la globalisation et de cette "ouverture", condamnés à ne plus nous construire par référence au local et à l'intime ? Y a-t-il un "glocal" en matière d'espace vécu ? Sommes-nous obligés de reconstituer des limites ou frontières en réaction au vertige du global ?

 

 

 

Bibliothèque Municipale du Centre-Ville de Grenoble : 10 rue de la République

 

http://www.bm-grenoble.fr/653-centre-ville.htm

Repost 0
Société alpine de philosophie - dans Rencontres-débats
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:13

 

« Hannah Arendt, totalitarisme, philosophie, liberté humaine »

 

A partir de janvier 2013

 

Grenoble

Bibliothèque Municipale du Centre Ville

 

(entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles)

 

  ATTENTION ! Les prochains cours ont lieu dans différents lieux selon les dates :

 

 

- le 15/02/2013 au Musée de Grenoble : auditorium

- le 15/03/2013 à l'Office du tourisme

- le 24/05/2013 au Musée de Grenoble : auditorium

- le 14/06/2013 à l'Office du tourisme

 

http://www.bm-grenoble.fr/

 

« C'est par le verbe et l'acte que nous nous insérons dans le monde humain, et cette insertion est comme une seconde naissance dans laquelle nous confirmons et assumons le fait brut de notre apparition physique originelle. »,

Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne.


http://memory.loc.gov/ammem/arendthtml/arendt6.jpg 

Objectifs : Ce cours de philosophie, destiné à tout public, se donne pour objectif de présenter la pensée de la philosophe Hannah Arendt (1906-1975), en partant de la lecture publique de trois de ses livres fondamentaux : Les Origines du totalitarisme, La Crise de la culture et Condition de l’homme moderne. Il s’agit par le biais de cette lecture suivie d’aborder philosophiquement certaines grandes questions contemporaines, telles que le sens du progrès, les relations entre travail, technologie et société, le rapport entre le social et la politique, les ambiguïtés de la notion de pouvoir, les mutations de la citoyenneté et l’importance de l’éducation pour le monde d’aujourd’hui.

 

Présentation détaillée : Contemporaine de la montée des régimes autoritaires en Europe, Arendt développe le concept de totalitarisme dont la constitution philosophique la conduit à penser la crise générale de la modernité. En arrachant ce concept à ses usages idéologiques et politiciens, la philosophe élabore dans Les Origines du totalitarisme (ouvrage dont le projet et la réalisation s’étalent sur 20 ans, de 1946 à 1966 !) une nouvelle manière de penser la politique et de pratiquer la  philosophie, avec des catégories originales permettant de porter un diagnostic très pénétrant sur la crise du nihilisme : la catastrophe des années 1930 n’est qu’un phénomène émergent d’une crise bien plus grave, dont Nietzsche avait déjà eu l’intuition. En dialogue avec ses contemporains (Albert Camus, Martin Heidegger, Leo Strauss, l’Ecole de Francfort, Walter Benjamin), Arendt s’emploie alors dans La Crise de la culture (1956) à renouer certains liens entre « la tradition » et « l’âge moderne », mais elle estime également que « la crise de l’autorité » est définitive et a précipité les contemporains dans l’inconnu. Il est par conséquent nécessaire (dans Condition de l’homme moderne, 1958) de repenser l’intégralité de l’agir humain, soit, en termes arendtiens, de repenser « la vita activa » en proposant une anthropologie post-industrialiste de l’action (ce qui la conduit à s’opposer à la fois au libéralisme et au marxisme). Cette tentative ouvre l’existence individuelle et collective à des modalités inexplorées du vivre-ensemble. Arendt, une des seules femmes philosophes de la période contemporaine, nous offre aujourd’hui encore de quoi penser notre temps de manière renouvelée.

 

Bibliographie : Une bibliographie détaillée, destinée à accompagner le cours, sera donnée et étudiée en cours lors de la première séance ; les ouvrages de base du cours sont les suivants :


- Les Origines du totalitarisme, édition complète en un volume sous la direction de Pierre Bouretz, Paris, Gallimard, « Quarto », 2002.

http://2.bp.blogspot.com/-rj6tNU4n7i4/TbwoADybnaI/AAAAAAAAAlU/3Cd6_tmBk_k/s1600/9782070758043FS.gif

- La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, trad. sous la direction de Patrick Lévy, Paris, Gallimard, « Folio », 1989.

http://images-booknode.com/book_cover/6/la-crise-de-la-culture-5556-250-400.jpg

- Condition de l'homme moderne, trad. Georges Fradier, Paris, Pocket, « Agora » 1994.

   

http://www.livres-et-lectures.net/arendt_condition.jpg

Format :

-  Les séances ont lieu tous les mois de janvier à juin (sauf au mois d'avril)

- Les dates sont les suivantes :

- 18 janvier 2013

- 15 février 2013

- 15 mars 2013

- 24 mai 2013

- 14 juin 2013

 

- Le cours a lieu de 18h30 à 20h30 à la Bibliothèque municipale du centre ville de Grenoble

 

 

Plan du cours :

 

Séance 1 : Introduction : l’œuvre d’Hannah Arendt, un geste philosophique atypique ?

 

Séance 2 : La théorisation du phénomène totalitaire et la remise en question de la modernité.

 

Séance 3 : La découverte de la « brèche » entre les Anciens et les Modernes et la triple crise de l’autorité, de l’éducation et de la culture.

 

Séance 4 : Le travail, l'œuvre et l'action, postures de référence de la réalité humaine.

 

Séance 5 : La condition politique ou la requalification du pouvoir de « commencer ».

 

Présentation de l’enseignant :

 

Thierry Ménissier est professeur de philosophie à l’Université Pierre Mendès France – Grenoble 2. Ses travaux de philosophie politique portent sur la société démocratique et la question de l’innovation. Il préside la Société alpine de philosophie depuis 2005. Dernier ouvrage paru : La Liberté des contemporains. Pourquoi il faut rénover la République, PUG, 2011.

Repost 0
Société alpine de philosophie - dans Cours publics
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 13:55

 

RPU2012 AfficheA3-copie-1

 

 

Nous vous signalons la mise en ligne, sur le site de nos amis de Philosophies.tv, de la troisième table ronde sur les pathologies sociales et les maladies de l'homme moderne :

 

http://philosophies.tv/evenements.php?c=81

Repost 0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 19:30

 

250logo%20RPU%20copy

 

Sur le site dédié aux Rencontres Philosophiques d’Uriage,

 

réagissez aux questions posées / inventez votre questionnement

 

afin de préparer notre réflexion collective sur la santé !

 


C’est ici :  

 http://rencontres-philosophiques-uriage.e-monsite.com/forum

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 11:28

RPU2012_AfficheA3-copie-6.jpg

 

 

Retrouvez aussi les Rencontres sur le site dédié : 

 

http://rencontres-philosophiques-uriage.e-monsite.com/

Repost 0
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 12:37

250logo%20RPU%20copy                         

 

 

Programme des Rencontres Philosophiques d’Uriage 2012


 

 

Vendredi 12 octobre

 

18h00                      Ouverture des 3èmes Rencontres Philosophiques d’Uriage

 

20h30                      Projection du film et débat

                                 Les invasions barbares

                                 Comédie dramatique franco-canadienne réalisée par Denys Arcand

Un film sur l’épreuve de la maladie, l’amitié, l’humour, l’épicurisme, le désir, l’irrévérence…

 

Samedi 13 octobre

 

9h00                        Accueil

 

9h30-11h30           Table ronde n°1

Comment définir la santé ? Que promet la philosophie en matière de « bien vivre » ?, avec Elodie Giroux, Jean-Yves Goffi et Robert Misrahi, animée par Pascal Bouvier.

 

12h00-13h00         Conférence Fabienne BRUGERE

                                 « Qu’est-ce que prendre soin aujourd’hui ? »

 

13h00-15h00         Pause déjeuner

 

15h00-16h30         Ateliers philosophiques

 

16h30-17h00         Dédicaces des auteurs à l’espace librairie

 

17h00-19h00         Table ronde n°2

Le « sujet » de la santé entre science, psychanalyse et philosophie, avec Gérard Pommier, Marie Gaille et Bruno Falissard, animée par Jean-Pierre Carlet.

 

19h30-20h00         Conférence Daniel INNERARITY

                                 « Un regard philosophique sur l’année écoulée »

 

20h00-23h00         Banquet Philo

 

Dimanche 14 octobre

 

9h30-11h30           Table ronde n°3

Pathologie sociale et maladies de l’homme moderne, avec Corine Pelluchon, Marie-France Hirigoyen, Thierry Ménissier, animée par Anne Eyssidieux-Vaissermann.

 

11h30-12h00         Remise du prix RPU 2012

 

13h30-14h00         Dédicaces des auteurs à l’espace librairie

 

14h00-16h00         Table ronde n° 4

La santé comme bien premier : équité, santé et pouvoir, avec Caroline Guibet-Lafaye, Olivier Razac et Jean-Marie Lardic, animé par Evelyne Buissière.

 

16h00- 17h00        Dialogue entre un médecin et un philosophe

 

17h00                      Pot de clôture

 


 

Les philosophes présents à Uriage et leurs invités

 

Pascal Bouvier : philosophe, maître de conférences à l’Université de Savoie. Spécialiste de philosophie politique, auteur de Machiavel ou Campanella, une alternative moderne, L'Harmattan, 2007 ; L'image en politique : théâtralité et réputation, Éditions de l’Université de Savoie, 2008 ; Millénarisme, messianisme, fondamentalisme : permanence d'un imaginaire politique, L’Harmattan, 2008 ; Petite histoire de la philosophie politique, Ellipses ; Le politique à l'écran. Esthétique et imagerie du pouvoir, Marie Delarbre, 2010 ;Démagogie et démocratie, Éditions MLD, 2011.


Fabienne Brugère : philosophe, professeure à l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, et Présidente du Conseil de Développement Durable de Bordeaux depuis juin 2008. Spécialiste d’esthétique et de philosophie morale et politique, elle a notamment publié les ouvrages suivants : Théorie de l'art et philosophie de la sociabilité selon Shaftesbury, Champion, 1999 ; Le goût. Art, passions et société, P.U.F., 2000 ; L'expérience de la beauté, Vrin, 2006 ; C’est trop beau, Giboulées Gallimard Jeunesse ; Le sexe de la sollicitude, 2008, Editions du Seuil ; Les fins de la nature : beauté, vie, liberté. Autour de la Critique de la faculté de juger de Kant, en collaboration avec C. Bouton et C. Lavaud, Vrin, 2008 ; Judith Butler. Trouble dans le sujet, trouble dans les normes, en collaboration avec Guillaume le Blanc, P.U.F, 2009 ;  L'éthique du "care", éd. PUF, coll. Que sais-je ?, 2011 ; Comprendre l’art, P.U.F., 2010 ; Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés (avec G. Le Blanc et sous la direction), Bayard, 2012.


Evelyne Buissière : philosophe, agrégée, docteur et HDR en philosophie, professeur en CPGE au Lycée Champollion, Grenoble. Auteure notamment  de Giovanni Gentile et la fin de l'auto-conscience, L'Harmattan, 2009 ; Guido Calogero, Laïcisme et dialogue, textes réunis, traduits et présentés par Evelyne Buissière, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

 

Jean-Pierre Carlet : philosophe, agrégé de philosophie, enseignant à l’IUFM de Grenoble (Université Joseph Fourier – Grenoble 1), président de la section régionale de l’Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public.

 

Anne Eyssidieux-Vaissermann : philosophe, agrégée et docteur en philosophie, enseignante en CPGE au Lycée Berthollet à Annecy.

 

Bruno Falissard : Professeur des Universités et praticien hospitalier (P.U.-P.H.) en biostatistique à la faculté de médecine Paris-sud / Hôpital Paul Brousse, Directeur de l'unité INSERM U669 (santé mentale et santé publique). Ses thèmes de recherche portent sur les modèles formels en psychanalyse, la psychométrie, les méthodes de recherche mixtes (qualitatives / quantitatives) en psychopathologie. Ouvrages publiés : Comprendre et utiliser les statistiques dans les sciences de la vie, 380 pages (3e édition, Masson, Paris, 2005) ; Cerveau et psychanalyse : tentative de réconciliation, L’Harmattan, Paris, 2008 ; Mesurer la subjectivité en santé : perspective méthodologique et statistique, (2e édition, Masson, Paris, 2008).

 

Marie Gaille : philosophe, chargée de recherches au CERSES (Centre de recherche sens, éthique, société, CNRS Université Paris Descartes). Spécialiste de philosophie politique de la Renaissance, puis des relations entre pratiques sociales, formes du savoir médical et réflexion sur les institutions. Elle a publié Liberté et conflit civil, la politique machiavélienne entre histoire et médecine, Champion, 2004 ; Le gouvernement mixte, de l’idéal politique au monstre constitutionnel en Europe (13è-17è siècles), Presses Universitaires de Saint-Étienne, 2005 ; Qu’est-ce qu’un bon patient ? Qu’est-ce qu’un bon médecin ? (avec Cl. Crignon), éditions Séli Arslan, 2010 ; La valeur de la vie, Les Belles Lettres, 2010 ; La philosophie de la médecine, vol. I – Frontière, savoir, clinique, Vrin, 2011.

 

Elodie Giroux : philosophe, maître de conférences à l’Université Jean-Moulin Lyon III, spécialiste d’épistémologie et d’histoire des sciences, auteur notamment de Après Canguilhem. Définir la santé et la maladie (PUF, 2011).

 

Jean-Yves Goffi : philosophe, spécialiste de bioéthique et de philosophie de la technique, Professeur émérite de philosophie générale et de bioéthique au Département de Philosophie de l’UFR Sciences Humaines  de l’Université Pierre Mendès France-Grenoble 2. Il a été président de la  « Société pour la Philosophie de la technique » (1999-2004). Ouvrages publiés : La Philosophie de la Technique, PUF, 1988 ; Le Philosophe et ses animaux, Jacqueline Chambon, 1994 ; Machiavel, Ellipses, 2000 ; Penser l'euthanasie, PUF, 2004.

 

Caroline Guibet-Lafaye : philosophe, chargée de recherche au CNRS, Membre de l'équipe GRECO du Centre Maurice Halbwachs. Caroline Guibet Lafaye mène une recherche sur la représentation des inégalités et leurs effets sur la cohésion sociale. Elle a publié : Justice sociale et éthique individuelle, Presses Universitaires de Laval/CEDIS, 2006 ; La justice comme composante de la vie bonne, Presses Universitaires de Laval/CEDIS, 2006 ; L’esthétique dans le système hégélien, ouvrage co-dirigé avec Jean-Louis Vieillard-Baron, L’Harmattan, 2004 ; Kant, Logique du jugement esthétique,  L’Harmattan, 2004 ; L’esthétique de Hegel, L’Harmattan, 2003.

 

Marie-France Hirigoyen : docteur en médecine, psychiatre et psychothérapeute familiale. Spécialiste du stress et du harcèlement moral au travail, elle a notamment publié : Le Harcèlement moral : la violence perverse au quotidien, Éditions La Découverte & Syros et édition de poche Pocket, 1998 ; Malaise au travail. Harcèlement moral : démêler le vrai du faux, Éditions La Découverte & Syros et édition de poche Pocket, 2001 ; Femmes sous emprise - Les ressorts de la violence dans le couple, Éditions Oh, 2005 ; Les nouvelles solitudes, Éditions La Découverte, 2007.

 

Daniel Innerarity, philosophe, directeur de « Globernance », Institut de gouvernance démocratique, San Sebastian, Espagne. Auteur de La démocratie sans l’Etat. Essai sur le gouvernement des sociétés complexes, Climats, 2006, et de Le futur et ses ennemis. De la confiscation de l’avenir à l’espérance politique, Climats, 2008 ; Ethique de l’hospitalité, Presses Universitaires de l’Université Laval, 2010.


Jean-Marie Lardic : philosophe, professeur à l’Université de Nantes, ancien président de la Société alpine de philosophie, directeur du CAPA (Centre Atlantique de Philosophie Allemande), il est spécialiste de cette dernière, et aussi d’herméneutique et d’éthique appliquée. Auteur de La contingence chez Hegel, Actes Sud, 1989 ; Leçons sur les preuves de l’existence de Dieu de Hegel, Aubier, 1994 ; L’infini et sa logique, étude sur Hegel, L’Harmattan, 1995 ; Figures de l’idéalisme, Ellipses, 1998.


Thierry Ménissier : philosophe, professeur à l’Université de Grenoble (UPMF-Grenoble 2, Grenoble Institut de l’Innovation), président de la Société alpine de philosophie. Spécialiste de philosophie politique et de philosophie de l’innovation, il a notamment publié : Eros philosophe. Une interprétation philosophique du Banquet de Platon, Kimé, 1996 ; Le Vocabulaire de Machiavel, Ellipses, 2002 ; Machiavel, la politique et l’histoire, PUF, 2001 ; Eléments de philosophie politique, Ellipses, 2005 ; Machiavel ou la politique du Centaure, Hermann 2010 ; La Liberté des contemporains. Pourquoi il faut rénover la République, PUG, 2011.

 

Robert Misrahi : philosophe, professeur émérite de philosophie éthique à l'Université de Paris I Sorbonne, il a publié de nombreux ouvrages sur Spinoza et consacré l'essentiel de son travail à la question du bonheur. Il a notamment publié :  Le Désir et la réflexion dans la philosophie de Spinoza, Gordon and Breach, 1972 ; Marx et la question juive, Gallimard, 1972 ; La philosophie politique et l'Etat d'Israel, Mouton, 1975 ; Traité du bonheur : 1, construction d'un Château, Seuil, 1981 ; Traité du bonheur : 2, éthique, politique et bonheur, Seuil, 1984 ; Traité du bonheur : 3, les actes de la joie, PUF, 1987 ; Ethique, de Spinoza, Traduction, Introduction, Commentaires et Index de Robert Misrahi, PUF, 1990 ; Le Corps et l'esprit dans la philosophie de Spinoza, Synthélabo/Les Empêcheurs de penser en rond, 1992 ; Spinoza, Grancher, 1992 ; Le bonheur, Essai sur la joie,  Hatier, 1994 ; La problématique du sujet aujourd'hui, Encre Marine, 1994 ; La signification de l'éthique, Synthélabo/Les Empêcheurs de penser en rond, 1995 ; Existence et Démocratie, PUF, 1995 ; La jouissance d'être : Le sujet et son désir, essai d'anthropologie philosophique, Encre Marine, 1996 ; Les figures du moi et la question du sujet depuis la Renaissance, Armand Colin, 1996 ; L'être et la joie, Perspectives synthétiques sur le spinozisme, Encre Marine, 1997 ; Qu'est-ce que l'éthique ?, Armand Colin, 1997 ;  Qu'est-ce que la liberté ?, Armand Colin, 1998; Qui est l'autre ?, Armand Colin, 1999 ; Un combat philosophique, entretien avec Nicolas Martin, Le Bord de L'eau, 2000 ; Désir et besoin, Ellipses, 2001 ; 100 mots pour construire son bonheur, Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, 2004 ; 100 mots sur l'Ethique de Spinoza, Le Seuil/Les Empêcheurs de penser en rond, 2005 ; Spinoza, Médicis-Entrelacs, 2005 ; Le philosophe, le patient et le soignant, Les Empêcheurs de penser en rond, 2006 ; Le Travail de la liberté, Le Bord de l'eau, 2008 ; Savoir vivre. Manuel à l'usage des désespérés, entretien entre Hélène Fresnel et Robert Misrahi, Encre Marine, 2010 ; Le Bonheur. Essai sur la joie, les éditions nouvelles Cécile Defaut, 2011.


Corine Pelluchon, philosophe, maître de conférences à l'Université de Poitiers, auteure notamment de L’Autonomie brisée. Bioéthique et philosophie, PUF, 2009 ; Leo Strauss : une autre raison, d’autres Lumières. Essai sur la crise de la rationalité contemporaine, Vrin, 2005 ; La raison du sensible. Entretiens autour de la bioéthique, Tempora/Artège, 2009 ; Eléments pour une éthique de la vulnérabilité. Les hommes, les animaux, la nature, Le Cerf, 2011 ; Comment va Marianne ? Conte philosophique et républicain, François Bourin Editeur, 2012.


Gérard Pommier : psychanalyste. A notamment publié : Que veut dire « faire l’amour » ?, Flammarion, 2010 ; La mélancolie. Vie et œuvre d’Althusser, Flammarion, 2009 ; Comment les neurosciences démontrent la psychanalyse, Flammarion, 2004 ; Qu’est ce que le réel ? Essai psychanalytique, Erès, 2004 ; Les corps angéliques de la postmodernité, Calmann-Lévy, 2000 ; Louis du Néant. La mélancolie d'Althusser, Aubier, 1998 ; Ceci n'est pas un Pape... Inconscient et culture en Louisiane, Erès, 1996 ; L'amour à l'envers. Essai sur le transfert, Presses Universitaires de France, 1995 ; Du bon usage érotique de la colère, et quelques-unes de ses conséquences, Aubier, 1994 ; Naissance et renaissance de l'écriture, Presse Universitaires de France, 1993 ; Freud apolitique ?, Champs Flammarion, 1990 ; L'ordre sexuel, Champs Flammarion, 1989 ; La névrose infantile de la psychanalyse, Eres, 1989 ;  Le dénouement d'une analyse, Champs Flammarion, 1986 ; L'exception féminine, essai sur les impasses de la jouissance, Aubier, 1985 ; D'une logique de la psychose, Eres, 1983.


Olivier Razac : philosophe, enseignant-chercheur à l'Ecole Nationale de l'Administration Pénitentiaire (ENAP). Auteur de : Histoire politique du barbelé, La Fabrique, 2000 ; 2ème édition augmentée, Flammarion, 2009 ; L’Écran et le zoo. Spectacle et domestication, des expositions coloniales à Loft Story, Denoël, 2002 ; La Grande Santé, Climats/Flammarion, 2006 ; Avec Foucault, après Foucault. Disséquer la société de contrôle, L’Harmattan, 2008 ; L'utilisation des armes de neutralisation momentanée en prison. Une enquête auprès des formateurs de l'ENAP, Dossiers thématiques du Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au Champ Pénitentiaire, juin 2008 ; (dir.) Les nouvelles figures de la dangerosité, avec Paul Mbanzoulou, Hélène Bazex et Joséfina Alvarez, L'Harmattan, 2008.


 

 

Avec la participation

-         de l’Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public (http://www.appep.net/).

-         des étudiants du Département de philosophie de l’UFR Sciences Humaines de l’Université Pierre Mendès France – Grenoble 2 (www.upmf-grenoble.fr/).

-         des librairies Decitre (http://www.decitre.fr/aide/nos-librairies/grenoble/) et Les Modernes (http://www.lesmodernes.com/), Grenoble.


Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 05:08

250logo%20RPU%20copy

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer les prochaines Rencontres :

 

12-14 octobre 2012


Le philosophe et la santé


 

Les Rencontres Philosophiques d’Uriage, qui connaîtront en 2012 leur troisième édition, ont forgé leur idée directrice à partir d’une interrogation centrée sur la question de l’homme aujourd’hui, dans un équilibre recherché à la fois entre la pensée et l’action, entre le patrimoine et l’actualité, enfin entre le réel et le possible. Avec cette manifestation, il s'agit de mettre en présence les philosophes et le public, dans un site particulier, qui fut par le passé traversé par les contradictions de son époque. Des conférences plénières sont encadrées par des tables rondes et par des ateliers philosophiques. A la fin du festival, un Prix des Rencontres Philosophiques est remis par le Jury, composé d'adhérents de la Société alpine de philosophie. Les sujets des deux premières éditions : "Les promesses du futur" (2010), "La justice - aux sources du juste" (2011). Les lauréats du Prix ont été en 2010 Yves Michaud (Qu'est-ce que le mérite ?) et en 2011 Daniel Innerarity (Eloge de l'hospitalité). Le lauréat du Prix est invité à l'édition suivante pour une conférence "Regard philosophique sur l'année écoulée".

 

            La tradition qui relie l'activité philosophique et la réflexion sur la santé est ancienne, et demeure d'un intérêt majeur. En effet, à la vieille promesse d'une vie philosophique de "grande santé" se sont ajoutées, dans la période contemporaine, des orientations nouvelles et originales.

            Concernant cette promesse, elle se confond même avec la naissance de la philosophie. On se souvient par exemple de Socrate ouvrant au jeune Charmide dans le dialogue éponyme la perspective de "soins de l'âme" que la philosophie platonicienne a entrepris ensuite d'approfondir et d'étendre à l'ensemble de l'éthique et de la politique. On peut également mentionner Descartes, dialoguant par lettres avec la Princesse Elisabeth dans un échange fameux dont l'objet premier est de soigner la neurasthénie de la souveraine exilée. Comment enfin ne pas évoquer la sentence d'Epicure affirmant : "Vaine est la parole d'un philosophe qui ne guérit aucune souffrance de l'homme". Les Rencontres d'Uriage offrent l'opportunité de revenir sur cette promesse : quelle santé est celle du philosophe ?

            La vocation des Rencontres Philosophiques d'Uriage est de rassembler des auteurs contemporains, philosophes ou experts d'autres savoirs ouverts au questionnement philosophique, afin de produire un événement conceptuel. Ce qui nous réunit et qui mobilise le public est la volonté d'examiner ou de forger collectivement les catégories intellectuelles qui permettent de juger et d'agir aujourd'hui. Or, aujourd'hui la santé n'apparaît pas comme un concept, mais comme un domaine, un champ, voire une revendication. De nombreuses images obscurcissent également notre rapport intellectuel à la notion de santé. Ainsi, en fonction de la prégnance du modèle économique, apparaît-elle aujourd'hui comme un "capital" - quand bien même nul ne peut dire ce qu'il capitalise, ni comment la (re)capitaliser.  Dans ces conditions, le premier enjeu de cette édition des Rencontres d'Uriage sera de tâcher de reconceptualiser la notion de santé - voire de parvenir à définir ce terme.

            Une hypothèse importante que nous formulons dans cette démarche est que le concept de santé, "de nature polysémique...concerne à la fois l'homme et le monde qu'il habite"[1]. Il ne peut par conséquent apparaître en-dehors de facteurs qui tous sont à la fois intrinsèques et extrinsèques : physiologiques, sociaux, psychologiques, mais aussi économiques, politiques, moraux et religieux (et aussi relatifs à notre environnement naturel). Si, aux origines occidentales de l'acte médical, la démarche hippocratique a contribué à substituer l'homme à dieu, il est impossible d'émanciper totalement le premier par rapport à la nature. Par suite, l'interrogation philosophique sur la santé conduit à envisager les multiples aspects de ce que l'on peut appeler la nature humaine, dans ses relations complexes au monde.

            Privilégier l'approche conceptuelle conduit également à revenir sur la distinction entre normal et pathologique. Loin de constituer une césure nette, le rapport entre ces deux notions cardinales se présente comme une limite floue, qu'il faut réinterroger en enrichissant la réflexion théorique par le retour d'expérience des praticiens, médecins du corps, de l'âme, ou des deux à la fois. Longtemps héritiers à ce propos de la réflexion de Georges Canguilhem (La première édition de Le Normal et le pathologique date de 1943), où en sommes-nous aujourd'hui ? Comment se reconnaître dans une définition simple de la santé, alors que tout a bougé en termes de durée de la vie ou de la survie, et de qualité de vie ou de survie ? Une question fondamentale posée par cette approche semble être celle de savoir si et ce que l'on gagne à aborder la question de la santé à partir de la maladie. Si l'on inverse le processus de compréhension, quelle évolution subit la notion de santé ? Dans un registre comparable, quand on pense la santé, est-ce que l'on n'a pas tendance à se doter d'une représentation implicite et non questionnée de la vie elle-même ?

            Une piste riche pour le questionnement se dessine du fait des modifications dans le régime des sociétés actuelles : le mode de vie contemporain...est-il sain ? Comment aujourd'hui porter un diagnostic sur la santé de nos contemporains ? Que peut être une bonne santé dans l'univers de l'artifice, du médicament, de l'augmentation des performances du corps, de l'hyperactivité commerciale et de la vitesse ahurissante des connexions électroniques ? L'impératif de la (bonne) santé, n'est-ce pas une forme d'alibi pour l'économie capitaliste achevée ? De plus, dans un tel univers et compte tenu du progrès des connaissances et des techniques, il apparaît pertinent de questionner le rapport entre déterminisme physiologique et santé. Tandis que la génétique offre déjà des ressources considérables en matière de détection voire de prévention des maux, la connaissance scientifique (par exemple grâce aux neurosciences) peut-elle, à terme, parvenir à une prédétermination de la bonne ou de la mauvaise santé ? Par suite, n'y a-t-il pas ici comme le risque, ou du moins une  tentation d'évacuer le sujet, ou de redéfinir l'homme comme une série de performances physiologiques ? Ici, le débat entre la psychanalyse et les neurosciences, arbitré par la philosophie, s'annonce très passionnant.

            Par ailleurs, concernant les enjeux concrets contemporains impliqués par la notion de santé, nous sommes conduits à nous pencher sur les orientations actuelles en matière de politique de santé en fonction des thématiques de la philosophie morale contemporaine. Ainsi que l'a suggéré récemment le philosophe canadien Daniel Weinstock, la santé représente dans le cadre de la démocratie contemporaine un "type de bien" dont il faut préciser la valeur[2]. Dans une société obsédée par la gestion des risques et de plus en plus régie par un paradigme assurantiel, comment justifier les dépenses publiques de santé ? Plus généralement, sur le plan des principes éthiques, quel accès aux soins est valable dans le cadre d'une démocratie considérée, ainsi que l'a théorisé le philosophe Avishaï Margalit, comme "société décente" (à savoir une société qui par principe évite que ses membres subissent des humiliations)[3] ? Et du côté de l'organisation des services aussi bien qu'en matière d'éthique médicale, dans un référentiel de soin tenté par le paradigme de la sollicitude (care), quelle doctrine adopter pour les soins ?

            Une dernière piste à explorer concerne, à partir de l'histoire des systèmes de santé, la question des relations de pouvoirs qui se sont tissées par l'essor de la médecine publique puis en fonction du développement de la tension entre celle-ci et la médecine privée. Les hypothèses de Michel Foucault (singulièrement, grâce aux concepts de biopouvoir et de biopolitique) présentent l'intérêt d'agir comme révélatrices du contrôle qui s'effectue sous les formes du soin. Ici la question de la santé individuelle et publique recoupe celles, politiques autant que philosophiques, de la liberté et de la constitution du sujet.

 

Les Rencontres Philosophiques d'Uriage sont une coproduction de la Société alpine de philosophie, de l'Office du Tourisme Thermal d'Uriage et de la Mairie de Saint-Martin d'Uriage

 

 

Avec la participation


-         de l’Association des Professeurs de Philosophie de l’Enseignement Public (http://www.appep.net/).

-         des étudiants du Département de philosophie de l’UFR Sciences Humaines de l’Université Pierre Mendès France – Grenoble 2 (www.upmf-grenoble.fr/).

-         des librairies Decitre (http://www.decitre.fr/aide/nos-librairies/grenoble/) et Les Modernes (http://www.lesmodernes.com/), Grenoble.

 

 

Programme en ligne prochainement...



[1] Frédérique Desforges, "Histoire et philosophie : une analyse de la notion de santé", Histoire, économie et société, Année 2001, volume 20, numéro 20-3, p. 291-301, p. 292. Texte consultable en ligne à l'adresse : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hes_0752-5702_2001_num_20_3_2227

[2] Daniel Weinstock, "La santé en philosophie politique : de quel type de bien s'agit-il ?", conférence au Centre de Collaboration nationale sur les politiques publiques de santé / Institut national de santé publique du Québec, janvier 2010. Un résumé de la conférence est accessible à cette adresse : http://www.ccnpps.ca/docs/Weinstock_Sant%C3%A9EnPhilosophiePolitique_FR.pdf

[3] Avishaï Margalit, La Société décente, trad. F. Billard, Paris, Flammarion, 2007.

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 07:32

PDL2

 

Dans le cadre du Printemps du Livre - Grenoble,

Vendredi 4 mai, à 18 h 30 à la Maison du Tourisme à Grenoble,


Jean-Didier Vincent s’entretiendra avec Thierry Ménissier de son livre Le Cerveau sur mesure (ouvrage coécrit avec Pierre-Marie Lledo, Odile Jacob, 2012).


Jean-Didier Vincent est neuropsychiatre et neurobiologiste, professeur émérite à l’Université Paris-Sud.


Dans son nouvel ouvrage, l’auteur de Biologie des passions interroge la plasticité du cerveau : constitué au fil de l’évolution, le siège de l’intelligence manifeste des capacités surprenantes de déformation et de reformation. Dans le contexte des thérapies d’aujourd’hui, ses performances de réparation sont surprenantes. Dans la perspective des technologies de demain et du « cerveau augmenté », ses promesses semblent aussi fascinantes qu’inquiétantes. Cette rencontre est l’occasion de préciser les limites – ou l’absence de limites – pour de tels changements.   


http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr/jean-didier-vincent/

Repost 0
Société alpine de philosophie - dans Printemps du Livre - Grenoble
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:17

« L’instant philo » à Saint-Martin d’Uriage

Jeudi 26 avril 2012, 20 h

Centre Culturel Le Belvédère


Thierry Ménissier reçoit Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale

 

« En affirmant s'être servi de World of Warcraft pour planifier le massacre de 77 personnes en Norvège, en juillet dernier, Anders Behring Breivik ressuscite la polémique sur l'influence néfaste des jeux vidéo violents sur le comportement des jeunes. » France 24

 


La psychologie sociale étudie scientifiquement les conduites humaines, et souligne l’importance et la constance des interactions entre les individus. Dans ses récents travaux, Laurent Bègue s’est consacré à l’examen des conduites agressives et de la vie morale. Aujourd'hui, que peut-on scientifiquement savoir des conduites humaines ? Et jusqu’où peut-on agir sur elles ? Cette rencontre entre un psychologue social et un philosophe permettra de faire le point sur les connaissances actuelles et d’approfondir le questionnement.

 

 

Laurent Bègue est professeur à l’UPMF-Grenoble 2, membre de l’Institut Universitaire de France, et notamment auteur de L’Agression humaine (Dunod, 2010) et de Psychologie du bien et du mal (Odile Jacob, 2011).

 

 

(Un compte-rendu de cet ouvrage est accessible ici :

http://tumultieordini.over-blog.com/article-psychologie-du-bien-et-du-mal-103794342.html)


Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Repost 0
Société alpine de philosophie - dans Instant philo
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 21:36

PdL12.jpg

 

 

La Société alpine de philosophie est heureuse de s’associer à l’édition 2012 du Printemps du Livre Grenoble : « Tout bouge autour de nous »

 

Thierry Ménissier s’entretient avec

 

François de Singly à propos de son ouvrage : Séparée. Vivre l’ expérience de la rupture. Samedi 31 mars, Maison du Tourisme de Grenoble, 16 h

 

http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr/francois-de-singly/

 

et avec Pierre Zaoui, pour son livre La Traversée des catastrophes. Philosophie pour le meilleur et pour le pire. Dimanche 1er avril, Maison du Tourisme, 14 h 30

 

http://printempsdulivre.bm-grenoble.fr/pierre-zaoui/

 

Repost 0
Société alpine de philosophie - dans Printemps du Livre - Grenoble
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Société alpine de philosophie
  • Le blog de Société alpine de philosophie
  • Contact

Recherche